Musique Urbaine : L’utilisation des réseaux sociaux

Dans un précédent post, je marquais le fait que les réseaux sociaux sont ce qu’il manquait à internet. Ce nouvel élément dans la constitution d’internet est venu révolutionner plusieurs domaines d’activités, le secteur de la musique en particulier. Au Cameroun, la plupart des musiciens n’y sont pas encore ou y sont juste par effet de mode, sans réel enjeu. Mais une tranche de musicien s’en accapare réellement: les spécialistes de la musique urbaine. Voici un regard de l’utilisation des réseaux sociaux dans le millieu de la musique urbaine au Cameroun.

Réseaux sociaux, le potentiel

Certains artistes ont compris le potentiel des réseaux sociaux, l’exemple avec la "Team Bastard" (sur twitter) qui fait de chacun d’eux un ambassadeur avec des RT de tous les followers qui parlent du tube sorti. Jovi (@jovilemontre) a lui seul c’est plus de 2100 abonnés, Reniss (@reniss88) plus de 1300 abonnés. A eux deux seulement sans compter le reste de la team, c’est déjà plus de 3400 abonnés donc également 3400 potentiels Retweets. De quoi faire du bouche à oreille rapide.

L’introduction des hashtags dans les clips vidéos à l’exemple de Stanley Enow (@stanleyenow) dans le teaser de Tumbuboss avec les Hashtags #MamaSarah et #PapaSarah: Une très bonne astuce pour faire connaitre un clip, une tendance, via les réseaux sociaux. Heu… Tumbuboss Deluxe, un teaser d’1m56s pour un clip qui ne fera pas 10min ou bien tu veux nous faire la totale de Happy? Pour rappel, le teaser de IronMan 3 était de 18 secondes.

#MamaSarah #PapaSarah

Mais, il faudrait faire très attention sur les réseaux sociaux, car les réseaux sociaux ont cette caractéristique vicieuse de provoquer l’effet d’avalanche. Car, c’est le même public qui vous met dans la stratosphère qui vous met également dans les abysses.

Les campagnes pompeuses

L’effet du clip "Bangando Star": Un teasing d’une semaine non stop pour trois jours de partage sur les réseaux sociaux. Le pétard mouillé ? Je tiens tout de même à préciser que le clip continu son bout de chemin sur les télévisions locales. Great!

La campagne de promotion du concert "Flavour in Buea", un succès d’avant évenement, mais un flop en restitution d’après événement car au final, beaucoup de personnes ne savent pas vraiment s’il y a eu concert. On a quand même eu droit à une photo officielle furtive :)

Faites plutôt un bon plan de campagne d’avant événement et de restitution. Ceci permettra aux abonnés de savoir qu’au moins, chez vous, on est sérieux. Et que même après l’événement, on peut faire descendre la fièvre de l’événement tout doucement en se rappelant de beaux moments, des moments inoubliables. Oui, vos abonnés comme tous les utilisateurs sont capricieux et vos abonnés sont très souvent vos clients.

Communications officielles

Ne négligez pas votre communication sur les réseaux sociaux. Il ne suffit pas de créer un compte pour y parvenir, interagissez aussi avec vos abonnés, vos fans (ex: Jovi, Stanley Enow, Veeby, Museba…) . Sachez que vos tweets, vos posts Facebook ont valeur de déclarations officielles. Donc à double tranchant.

Dotez vous d’un site web où on pourra trouver toutes les informations vous concernant, mais aussi, des informations exclusives. Ce site web devra être adapté (pourquoi pas responsive) pour fonctionner sur les tablettes et smartphones car beaucoup de vos fans, abonnés utilisent leurs téléphones mobiles pour surfer. Dotez vous donc de ce site internet digne de vous, après tout… "You are a brand" ;-)

Un single, un T-Shirt

Il ne faudrait donc pas abuser sur les T-Shirts, sinon on pourrait se retrouver avec des T-Shirts dans tous les genres. Il faudrait d’abord se rappeller qu’un T-Shirt avec un slogan est un peu comme un hashtag mais dans la vie réelle… dans le vrai réseau social. Le slogan doit traduire un art de vivre, un état d’esprit, une valeur, une opinion, un thème précis. Il faudrait donc éviter la tendance "un single, un T-Shirt" dans le genre Bennam, Abele… Si c’était le cas, alors Petit-Pays aurait déjà l’équivalent des T-Shirts pour habiller la Reine d’Angleterre.

Le racollage, la plaie!

Très souvent, lorsqu’un chanteur sort un nouveau single, son réflexe est de tagguer beaucoup de personnes sur le lien du nouvel "Opus" en le qualifiant de "nouvelle tuerie". Bah, la tuerie pour le nouvel opus est très souvent le bouton "Block and Report as Spam". Personne n’aime être agacé, même lorsque c’est pour la bonne cause. Préférez une méthode plus stratégique, envoyez votre single à quelques uns de vos abonnés, des abonnés influents sur les réseaux. Ce sont eux qui feront le plus gros travail de fond. C’est à dire écouter, analyser et publier (bien entendu si vous leur avez permis de publier) sur les réseaux sociaux. Ils deviendront de manière officieuse, des ambassadeurs de votre musique.

Montez des mini cellules de communication, poussez un peu plus avec des campagnes de pub, des stratégies bien peaufinées. Si vous avez un peu de moyens, faites appel à des agences de communication, des agences pubs, certaines sont même spécialisées dans l’évenementiel. Ouvrezl’œil, il y en a sur Twitter et Facebook ;-) Mais sachez avant tout que le meilleur atout de publicité d’une musique reste sa qualité, son niveau. Si le produit est bon, on le pousse peu et il avance rapidement.

Big Up!

Musique Urbaine: Le web c’est bien, la scène c’est mieux!

Depuis plus de deux ans déjà, les acteurs de la musique urbaine font des réseaux sociaux, leurs principales zones d’attaque. Avec l’augmentation des offres internet, on peut donc commencer à suivre de la musique en ligne… (Comme à Mbeng).

Tout d’abord big up à la MboaTape de Mboa Urban Music qui a su se tailler une place de choix dans la sélection des "Next Stars". Mais, MboaTape, pourquoi pas un lancement du volume 3 par un mini concert. Avec un auditorium constitué d’un carré de journalistes culturels + bloggeurs et quelques twittos/facebookeurs influents sur les réseaux sociaux?

Big Up à la "Team Bastard" (comme j’aime l’appeler) de New Bell Music qui a su utiliser Twitter pour amener plein de twittos à changer leur nom twitter en "B.A.S.T.A.R.D" et à parler du titre à leurs followers. L’effet du subconscient est direct: "C’est quoi tous ces gens qui s’appellent tous B.A.S.T.A.R.D :o"

Mais triste est la réalité lorsqu’on sort de ce champ de bataille (Internet) pour aller sur le terrain voir la popularité de nos artistes 2.0. Le problème: le choc lorsque vous demandez à votre frère qui fait du génie civil:

  • Mbom, tu as suivi le dernier son de Jovi?
  • Hein? Jovi na who? Il chante quoi? Dion, augmentes nous le volume de Pala Pala :o

Là, vous vous arretez net et vous vous rappellez que vous êtes dans la vie réelle.

Fantasy VS Reality

Le seul qui s’est vraiment imposé dans la vie réelle après internet, c’est bien évidement Stanley Enow avec son "Hein Père!" qui s’exporte au Gabon. Beaucoup ne connaissent même pas son nom, mais chantonnent tout de même "Lééédy Ponceux I go mary you"  :D 

Vu le taux de pénétration d’internet au Cameroun (~4%), les réseaux sociaux devraient être considérés comme des zones de test dans un premier temps, puis espace de diffusion dans un second temps. En faisant un tout petit classement, on pourrait définir:

  • Twitter, un réseau restreint, que vous pouvez utiliser pour faire écouter vos sorties en avant-première et avoir des retours hyper rapides
  • Facebook, plus populaire, lorsque les retours sur vos créations vous permettent d’aller voir plus grand.
  • SoundCloud pour porter vos morceaux.
  • Youtube pour les vidéos si vous avez des moyens de vous faire un clip. (Non pas les clips à deux balles faits avec un téléphone. Sauf si c’est l’effet voulu. Mais dans ce cas là, il devrait avoir un bon scénario et de bonnes prises de vue)

Après tout ceci. Allez sur scène!

Allez faire découvrir vos créations au 96% de la population du Cameroun qui n’a pas de connexion internet.

Il manque des salles de spectacle ou encore elles ne sont pas accessibles à vos fonds très limités… Organisez vous, faites des scènes communes, des soirées privées où vos spectateurs pourront vous noter et prendre goût à vos musiques.

Improvisez! Pourquoi pas faire du hack de quartier? A un après-midi, débarquez à un carrefour (comme le carrefour Banane à Mendong) avec des baffles dans un pousse-pousse tuné. Posez nous ce fauteuil au carrefour et mettez le son à fond. Lancez votre flow juste après la sortie des classes. faites un petit live. Prenez du retour réel de la "Vraie Timeline", du "Vrai Réseau Social". Faites de ces spectateurs d’une soirée, des ambassadeurs de votre musique. Pour vous faire connaitre, combinez les deux, digital et real life. L’un ne va pas sans l’autre.

Si comme T-Pain vous avez une mauvaise voix et que vous vous cachez derrière un autotune, devenez tout simplement une bête de scène ou un Dinosaure de scène. Le show biz, c’est aussi ça. Lady Gaga l’a très bien compris.

Vous aurez atteint votre objectif lorsque le laveur de voiture sifflotera Paplé, lorsque le Nanga de l’avenue Kennedy chantera du Bangando Star ou encore lorsque votre vendeuse habituelle de tomates chantera Kumba Market en vous servant.

Big Up!

Les unités, le temps et l’argent – Téléphonie

" Votre crédit est de … à utiliser avant le … "

Je crois que toute personne qui à un téléphone mobile à déjà eu ce message. La plus part du temps, le plus inquiétant de cette phrase se situe après les quatre premiers mots. C’est à dire, le montant de vos unités restantes. Mais très souvent, on se retrouve estomaqué par la suite du message. "[..] à utiliser avant le…"

Question: Pourquoi avoir une date limite sur mes avoirs? Avant que cet argent ne se transforme en crédit téléphonique, il n’avait pas de date limite d’utilisation juste celle du besoin. Mais tout bizarrement, il a une date limite et souvent très proche. Mon argent en banque à t-il une date limite de repos en banque? Sauf quand votre banque ferme :-( Plus souvent, il produit plutôt des intérêts.

Alors pourquoi les opérateurs de téléphonie nous donnent des dates limites d’utilisations de notre crédit si fièrement acheter?

Les opérateurs vous sortiront tout simplement les arguments sur le coût
d’entretien des lignes téléphoniques (même si elles ne sont plus filaires comme pour les postes fixes), les impôts liés à cet entretien… Mais tout ces frais ne en aucun cas valable face aux délais très court octroyés.

Concrètement, les opérateurs de téléphonie mobile vous obligent littéralement à utiliser votre crédit ou plus simplement votre argent. Tout simplement du racket légal.
Ces dans ces moments qu’on se pose la question de savoir où se trouve les associations de consommateurs?

Barcamp Cameroon: La 4e édition arrive :)

Yes, Na Me Dis! Anoda Day again :D

Le prochain Barcamp Cameroon arrive et il n’est pas bien loin (19 mai 2012 à l’Institut Goethe de Yaoundé). Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Barcamp? Faites un tour sur ce billet de Jean-Francis qui vous explique tout. Je l’ai lu, j’ai rien eu à redire. Juste que je cherche maintenant à attraper un Pokemon pour l’amener au Barcamp. Je le jure, j’y arriverais :)

Cette année, le thème s’articulera autour de la Culture et des TIC : “Valuing Our Culture with ICT”

Si vous êtes inspiré, préparez un sujet et venez avec, une équipe se chargera de vous programmer pour un passage de 15 min max.
Si vous n’êtes pas inspiré, c’est pas grave, venez quand même avec votre tête ;-) vous pourrez participer aux débats sur les sujets que les "Illuminés" "inspirés" auront exposés. C’est pas beau ça? :)

Le Barcamp Cameroon, c’est l’occasion de rencontrer toutes les têtes de l’IT Camerounais et vous faire quelques amis de business, amis de code, amis d’amitié. On sait jamais, on a peut être des futurs Bill Gates, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Petit Pays, Lady Ponce… parmi nous.

Alors n’hésitez pas à vous inscrire et à nous rejoindre. On fera bien la fête (du 20 mai je veux dire) :)

Pour plus d’informations :

Site web: http://barcampcameroon.org

Wiki: http://wiki.barcampcameroon.org

Twitter: http://twitter.com/BarCampCameroon (Tag officiel #barcampcameroon)

Identi.ca : http://identi.ca/group/barcampcameroon

Linkedin : http://www.linkedin.com/e/vgh/2167753/

Facebook: www.facebook.com/home.php#/group.php?gid=130832626678

Flickr group : www.flickr.com/groups/barcampcameroon

Tags

Ctrl + … ils méritent le nobel

Yes Na Mi This! :P

Bon juste pour faire un big up à ces gens-là qui y ont créé ces fonctions dont on ne peut s’en empécher d’utiliser à longueur de journée. Pour moi, ils méritent un nobel ces gars là. S’ils n’avaient pas pensé à ça, on serait tous au niveau du 8086 jusqu’à présent. Heu… de qu’elles combinaisons de touches je parle? Tout simplement de :

  • Ctrl + Z
  • Ctrl + Y
  • Ctrl + C
  • Ctrl + V
  • Ctrl + A

A vous de continuer en commentaire si vous voulez, mais je crois qu’il faudrait vraiment qu’on leur donne un nobel à ceux là :)

By My Chinese People

Hola! Hello!

J’inaugure une nouvelle catégorie sur ce blog où je suis très absent. "By My Chinese People" c’est son nom de cette nouvelle catégorie. Pourquoi ce nom? Bah, juste pour vous balancer les photos de tous les téléphones/tablettes/gadgets "chinois" que je trouverais au Cameroun.

Trêve de bavardages, on commence tout de suite par un appareil que mon ami @shloch a débusqué je ne sais d’où mais ça marche c’est l’essentiel.

La bête en question, la voici:

Oui oui, comme vous voyez, la bête à les bouton d’une PlayStation (Triangle, Carré, Croix, Rond) en plus un mini stick comme sur une PSP pour les déplacements. Oui oui et comme vous avez vous, c’est bien "SONY". Ce petit démon lit les MP4, MP3, MP5 (heu… j’en doute). Une mini Caméra/appareil photo pivotable à 180°.

Coté connectique, le démon accepte des SD Card, un port usb, une sortie TV, une prise Jack 1.5 et sans oublier un microphone et un mini bafle intégré. Bon pour la qualité sonore, on s’en fou, l’essentiel c’est d’écouter un peu de "Pinguiss" dessus :)

A l’intérieur, vous retrouvez, un navigateur de fichier, des jeux (en Java pour mobile, NES-Super Nintendo), un calendrier, un mode webcam, une calculatrice, un chronomètre, un lecteur de "ebook" mode texte, un enregistreur audio en .wav, un enregistreur vidéo. Heu… me demander pas la référence de  l’appareil :D

Je dirais juste comme écrit sur un "Ben Skin" à Douala : "Merci Jesus, Merci Maman, Merci les Chinois" :)

CR de la réunion avec l’ANTIC

J’ai assisté hier matin à la réunion qu’organisait l’ANTIC au sujet de la régularisation d’internet au Cameroun. D’un premier coup, j’ai été déçu!
Tout d’abord coté affluence, pour une réunion pareille, on aurait du choisir une salle assez grande pour le faire vu le nombre de société qui font dans les nouvelles technologies au Cameroun, mais la surprise a été grande pour moi de voir que la communication pour une réunion pareille a été étouffée. Juste 25 personnes dans la salle y comprit le personnel de l’Antic (5), MTN (2) et le reste des entreprises, La salle n’était pas plus grande qu’un atelier du Barcamp Cameroun, la première 9ideas conference avait fait mieux.
Du communiqué présent sur le site de l’Antic au contenu de la réunion… c’était 2 mondes. Le communiqué se voulait être l’appel aux entreprises locales pour la mise en place d’une stratégie de régulation de l’internet Camerounais, mais l’exposé fait pas l’agent de l’ANTIC était plutôt un appel à la vulgarisation des nouvelles technologies. Exemple: ce n’est que maintenant que l’Antic appelle les entreprises locales à aller sur les réseaux sociaux… Fail, à mettre en place des forums… Fail.
Ce discours est presque celui du début de l’internet au Cameroun en l’an 2000. Après cette phase de présentation "vide", la séance d’échange a donc commencé. Moi j’avais une question posée par Willy Ted Manga (@ongolaboy) et par beaucoup d’autres internautes à savoir "pourquoi suspendre les TweetSMS ?", je n’ai pas oublié de la poser cella-là.
La réponse: " c’est une décision politique, le gouvernement n’acceptera jamais les casses dans le pays, aucune entreprise ne peut se développer dans le chaos. Nous ne sommes pas ici pour des débats politiques!" J’ai donc essayé de ramener le débat soit disant "Politique" vers le contexte de la réunion à savoir: "couper un service web sur sms ne revient donc pas à limiter la vulgarisation d’internet que prône l’ANTIC? Internet n’est pas encore dans le pays qu’on empêche déjà de l’avoir…"
La dame qui représentait le directeur général de l’Antic m’a pris pendant 10 minutes non stop de sermon sur ce sujet. Vous l’aurez compris, on se trompe d’ennemie. Elle est allez jusqu’a me prendre l’exemple de la place Tarir qui a été construit en dans le 17e siècle et que nous n’avons encore rien ici et que nous voulons déjà casser. Heu… elle comprend rien à rien celle là. Est ce peut être la vieillesse? Je sais pas trop… Pourtant en posant ma question, j’ai bien précisé le contexte à savoir
qu’on est pas dans la même configuration que les autres pays où les révolutions se sont lancées.

A voir aussi le visage de quelques responsables d’entreprises qui étaient sur place, ils ne comprenaient aussi rien à rien. En passant ce qui ne comprenaient rien étaient tous des vieux.
Elle est aller jusqu’a nous demander de créer un twitter à la camerounaise au lieu d’enrichir les autres sous forme de néo-colonialisme. Désolé mais j’avais la parade, j’ai donc répondu "il y a un Facebook Camerounais et vous n’êtes pas au courant: Camerborn"

Un autre point qui m’a détruit était celui des lois sur la cybercriminalité et l’e-commerce. Apparemment l’ANTIC ne sait pas qu’il y a pas encore d’e-commerce dans notre pays. Comme d’habitude on a mi la charue avant les boeufs. Un participant a donc poser la question "qu’en est il de la sécurité des internautes contre le scamming et tout autre forme d’arnaque au cameroun" la réponse, "c’est du sérieux ce que l’ANTIC met en place, il n’ y aura plus de blague, l’ANTIC à des gens compétents pour le faire…" heu… depuis 10 ans? Fail

Malheureusement mes amis d’MTN étaient là pour faire la pub de leur nouveau data center aux normes internationales et nous le voyons bien, c’était des vendeurs déconnectés de la réalité.
La dame de MTN qui était dans la salle à poser la question aux entreprises de savoir pourquoi elles n’hébergeaient pas leurs solutions au pays. Ceci m’a inquiété: MTN ne saurait pas les raisons? J’ai donc pris la parole une seconde fois pour expliquer le problème de coût d’hébergement local. En détaillant: 25 000 FCFA de frais d’acquisition du .cm sans hébergement équivaut à un hébergement complet (nom de domaine en .com|.net|.org + hébergement) hors de nos frontières avec le même service et le SAV très souvent plus pointu que les nationaux. Tout le monde sait ce qu’est le SAV chez Orange, MTN, Camtel…, en plus de l’hébergement, il y a le problème de la gestion du .cm en lui même, ajouté à cela, notre fibre optique qui peut craquer comme les dernières fois… de ce coté là, les entreprises étaient toutes d’accord.

L’Antic est déconnecté de la réalité: la représentante du directeur général a appelé les entreprises à se regrouper de temps en temps pour discuter de leurs problèmes… heu… Barcamp Cameroun c’est pas un peu cela. J’ai donc une fois de plus pris la parole pour rappeler qu’à chaque Barcamp nous avons invité l’Antic et le directeur général en personne si possible, nous n’avons même pas eu la visite du garçon de ménage de l’Antic, pareil pour la 9ideas Conference.

Ma conclusion est la suivante: Tant que les membres du gouvernement, les employés des agences du gouvernement seront déconnectés de la réalité, seront sur la défensive il faudrait faire sans eux. L’ennemi c’est pas Twitter…

Pour un label "Haut Débit" au Cameroun ?

" Surf Haut Débit ", " High Speed ", ce sont là des slogans affichés sur les Cyber-café au Cameroun. Les fournisseurs d’accès internet ne sont pas en reste, eux aussi sont dans la mouvance et lancent des slogans équivalent. Mais lorsque vous entrez dans un Cyber-café ou prenez une connexion internet chez un FAI… bienvenue la surprise. Vous vous retrouvez avec une connexion en rade.

Les clients, n’ayant pas d’expérience se retrouve très souvent dans le désarroi face à des connexions douteuses. Que fait l’Antic et le Minpostel pour remédier à ce problème? Ne faudrait-il pas qu’une association de consommateur s’occupe de labelliser les connexions internet et permettre ainsi un choix efficace et un
Un label, "Haut Débit" ou une liste de labels sera donc la bienvenue pour marquer la différence entre les différents débits proposés aux clients.

Et pourquoi pas un début de débat sur le sujet lors du prochain Barcamp Cameroon ou la 9Ideas Conference 2011?

Framework ou !Framework

"Pourquoi je n’aime pas les Framework?" c’est ainsi que je me suis exprimé sur le réseau social twitter. De là, s’est lancée une discussion sur utiliser où ne pas utiliser les framework. N’ayant pas spécifié le langage et le domaine d’application du framework, la discussion est allé dans tous les sens. Les idées ont donc fusé et c’est bien. En lançant cette phrase au début je me posais en même temps la question s’il était normal d’utiliser un framework php pour un projet propriétaire.
Je ne suis pas contre l’utilisation des framework, moi même j’utilise le framework Qt pour le développement en C++ mais en php non, pourquoi? Tout simplement parce que le PHP est un clone constant du langage C. Vous ne trouverez pas de framework pour le langage C qui en vaille le coup. Vous rentrerez toujours dans le code du framework pour le personnaliser.

Best Practices, Industrialisation du code, rapidité d’exécution, bonne organisation… toutes ces expressions représentent les "plus" que sont supposés apporter les frameworks php. Si vous utilisez un framework et que vous n’avez pas des notions de bests practices ou d’organisation alors vous n’êtes pas sorti de votre trou. Par Industrialisation du code je vois juste copier-coller… où est donc la différence avec mon habituel Ctrl+C, Ctrl+V ? Faudrait plutôt donner un nobel à celui qui à penser à ces actions et raccourcis (sans oublier Ctrl+Z et Ctrl+Y).

On dira: "il ne veut pas évoluer celui là!" mais je dirais juste que l’action suivante :

<?php echo input_tag(‘nom’, ‘valeur par défaut’, ‘maxlength=20′) ?>
sous le framework "symphony" ne fera que faire

<?php echo "<input type=’text’ name=’nom’ value=’valeur par défaut’
maxlength=’20′>" ?>

Vous me direz raccourcissement du code avec symphony moi je dirais exécution plus rapide du code de base. A votre avis quel langage ou méta-langage est plus rapide que l’assembleur? En plus à quoi bon déployer une grosse infrastructure (plusieurs Mo) pour de l’affichage de texte basique (quelques ko) ?
Pour l’adoption d’un framework php, on se retrouve donc entrain de passer du temps à apprendre le méta-langage de celui-ci au lieu de perfectionner son niveau dans ce qu’on connait ou apprendre de nouvelle notion. Ce n’est pas le framework qui fait du code propre ni des requêtes SQL de génie mais LE développeur.
Après tout cela je reste sur mon point de vue, "les framework php n’ont fait que re-inventer la roue".

Les Réseaux sociaux: tout ce qu’il manquait à Internet

Le web est le bien le plus commun à l’humanité actuellement, du moins pour ceux qui ont les moyens de l’avoir. On a tous connu, les moteurs de recherche, les sites de rencontres, les services d’écoute de musique ou de vidéo en ligne, les journaux écrits en ligne, les blogs, les wikis… aucun des ces concepts n’a apporté autant de monde sur internet ces 3 dernières années que les "réseaux sociaux".

Leurs avantages… tout simplement la simplicité dans la multifonctionnalité: Diffusion d’articles, diffusion de vidéos, diffusion de sons, diffusion d’images personnelles ou privées, pense bête personnalisé ou encore état d’esprit public… en gros, un gros bloc de fonctionnalités multimédia sur un site web.

Actuellement, vous n’entendez plus que des noms tels que facebook, twitter, viadeo… lorsque vous entrez dans un cyber-café. Dans les bureaux, c’est tout simplement une page blanche avec des bandes bleus sur l’écran de la secrétaire, vous avez reconnu de quel site il s’agit? hé ben… certains services ont subi des pertes grâce à la venue de ces réseaux sociaux. ex: myspace.
Ces réseaux sociaux n’ont pas qu’apporter un mauvais coté de la chose… les entreprises/organisations se sont toutes tournées vers eux pour pouvoir diffuser des informations à grande échelle.
Vous voulez sensibiliser des gens pour la lutte contre le paludisme qui décime autant de gens que le SIDA, parler de bonne gouvernance, parler d’écologie? parler de technologie? pensez réseaux sociaux. On a même vu des évadés de prison se foutre de la gueule de leurs bourreaux sur ces réseaux.

Que ce soit dans le domaine publicitaire ou de simples informations quotidiennes, les réseaux sociaux s’avèrent être la meilleure méthode actuellement pour toucher un très grand nombre de personne à moindre coût.

Les réseaux sociaux, c’est tout ce qu’il y a de bon sur internet… il faudrait donc maintenant faire preuve de discernement pour protéger sa vie privée à titre personnel et les utiliser efficacement pour les entreprises

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.